Quel est le travail d’un vétérinaire ?

10
Partager :

Une vétérinaire américaine rapporte sur son blog les « sales boulots » dans sa vie professionnelle quotidienne — nous avons partiellement traduit l’article en allemand :

Lire également : Quelles sont les qualités requises pour travailler dans le secteur social ?

En tant que vétérinaire qui travaille avec de nombreux étudiants qui souhaitent devenir vétérinaires, j’apprécie souvent le point de vue d’un étudiant de première année. Pour la plupart, l’euthanasie occupe le rang le plus élevé parmi les procédures qui devraient être les plus difficiles à suivre.

La vérité, cependant, c’est que je ne me suis jamais habitué à faire de l’euthanasie. Mais je n’en suis pas terrifié non plus. En gros, je fais quelque chose que je vois comme une intervention nécessaire et précieuse. Mais des griffes coupantes ? Pas tant que ça.

A lire aussi : Quels sont les effets des médicaments sur le corps humain ?

Le dégoûtant et l’horrible

Même si notre travail de vétérinaire peut être divertissant et enrichissant, il existe de nombreuses procédures courantes que nous avons Les vétérans détestent. Voici une petite compilation des tâches désagréables que j’aime le moins.

  1. couper les griffes. Pour Les animaux le détestent (surtout les chiens). Et les propriétaires devraient apprendre à le faire à la maison. Alors, comment se fait-il que je dois-je faire face à cette tâche banal et stressante et couper des griffes que les propriétaires n’ont pas touchées depuis des mois ? Je veux dire, si cela n’est fait qu’une fois par an, ce n’est pas comme si je pouvais être d’une quelconque aide.
  1. vider les glandes anales. Je sais que ce n’est pas une surprise, mais le fait est que très peu d’entre nous aiment vider les glandes anales. Ça pue, c’est sale et tout simplement dégoûtant.
  1. On parle de poids. Pire que la vidange des glandes anales est la discussion sur le poids, qui doit généralement être porté beaucoup trop souvent dans ma pratique. C’est tout simplement gênant. Et parfois, cela vous rend fou (par exemple lorsque les propriétaires nient que leurs animaux sont gros ou lorsqu’ils refusent avec véhémence de changer leurs habitudes). Croyez-moi, vous détesteriez ça aussi.
  1. Examens rectaux. J’avais un professeur qui plaisantait : « Il n’y a que deux raisons pour lesquelles on ne devrait pas faire d’examen rectal : pas de rectum et pas de doigts. » Mais il n’aurait pas à plaisanter à ce sujet si cette procédure simple n’était pas si dégueulasse en général. Pourquoi ? Parce que les animaux ne le supportent pas non plus. Et personne ne veut rendre ses patients malheureux, tout comme ses propriétaires.
  1. Supprimez les tiques. Les tiques sont dégoûtantes. Qu’ils soient petits et qu’ils rampent ou qu’ils soient pleins et aspiré, personne n’aime les tiques.
  1. chirurgie sur un pyomètre. D’habitude, le pus n’arrive pas dans mes reins. Même les plus dégoûtants, les plus malodorants (oui, il y a des différences). Mais le fait de savoir que l’utérus que vous retirez est plein de pus (une affection appelée pyomètre) rend ce pus caché particulièrement ignoble et dégoûtant.
  1. parties d’asticots. Je peux supporter presque tout ce que les gens dégoûtants veulent me confronter, mais les asticots me donnent quand même une pause. Pour moi, les blessures pleines de larves de mouches sont la vue (et l’odeur) la plus dégradante de la pratique vétérinaire. Pouvez-vous me blâmer ?
  1. castration de chiens en surpoids. Pour une raison quelconque, de nombreux propriétaires pensent que la castration est une procédure simple. La vérité, cependant, c’est que ce n’est pas c’est le cas. Ce n’est pas parce que la plupart d’entre nous ont fait assez de castration pour tapisser nos murs de certificats de castration que c’est une compétence que nous avons apprise avec facilité et zèle. Bien au contraire. Et le chien plus gros variente est encore plus difficile, compliqué et plus sujet aux complications. Je ne connais pas un seul vétérinaire qui aime faire ça.
  1. si je déteste la castration des femelles en surpoids, il y a une chose que je déteste encore plus : les rappels Même . SMS, courriels, conversations personnelles — je préfère tout cela au téléphone. Ne me demandez pas pourquoi.

La bonne nouvelle, c’est que si tout cela est la pire chose que la médecine vétérinaire puisse m’offrir, j’ai pris une très bonne décision au moment de choisir une carrière. Ou qu’en pensez-vous ?

Publié par Dr. Patty Khuly.

Version anglaise et complète disponible sur : www.vetstreet.com/our-pet-experts/nine-dirty-jobs-i-dread-in-vet-medicine

Et vous pouvez découvrir pourquoi nous aimons toujours notre travail ICI.

À propos de l’auteur : Tonia Olson a terminé ses études de médecine vétérinaire à Munich en 2005. Au cours de son séjour ultérieur en Scandinavie pendant plusieurs années, elle a notamment travaillé dans un cabinet urbain mixte. Après son congé parental, elle travaille désormais dans un cabinet de petits animaux près de Munich. Elle est mariée, a deux enfants, un chat et un chien.

Partager :