Quelle est la peine encourue en cas d’abstinence injustifiée ?

11
Partager :

Remarque : J’ai cessé de mettre à jour cet article en permanence en raison de la situation juridique en constante évolution et de mon temps libre limité (mise à jour v. 1.11.2020  : L’interdiction du garage party est-elle inconstitutionnelle ?). Il ne peut donc servir que d’information sur les fondements du système autrichien de privation de liberté indépendante de la culpabilité.

Vous pouvez appeler l’enfant par son nom : nous parlons de privation involontaire de liberté quarantaine, logement, isolement, couvre-feu, coronavirus /COVID-19/SARS-CoV-2 = privation de liberté sans égard à la faute pour les personnes qui n’ont pas commis de crime. Les exigences légales à cet égard étaient à juste titre très strictes. Cependant, les nouvelles lois un peu plus généreuses sont capables d’adhérer à l’urgence de la (expansion exponentielle !) dû et donc

A lire aussi : Pourquoi partager un repas en famille

J’espère que voici quelques informations utiles pour les personnes sans faute pour imposer des restrictions à la liberté. La seule autre source qui actuellement (16 mars 2020) prête également attention à nos droits à la liberté est l’épicentre et Coview-19.

Le point de départ est la loi sur la tuberculose

J’ai été le dernier juge criminel avant d’entrer dans la profession juridique. Mais auparavant, en tant que juge du logement, je devais traiter exclusivement avec des malades mentaux (prétendument) qui étaient (prétendument) gravement et gravement dangereux pour eux-mêmes ou dangereux pour l’extérieur et qui devaient être « déportés » au sens de la langue vernaculaire populaire. Le juge, qui exerce une compétence spéciale auprès du tribunal de district en vertu de la loi sur le logement, est généralement également compétent en vertu de la loi sur la tuberculose dans la division interne des affaires. Mais (jusqu’à présent) il ne faut le faire de facto qu’avec des malades mentaux.

Lire également : Quel visa pour une fille au pair en France ?

Le TuberculoseG énonce une obligation de traitement pour le patient, un Obligation d’afficher ou de signaler les maladies détectées et permet à l’autorité de surveiller les malades et les suspects de maladie.

§ 9 Abs. 1 Z 8 TuberculoseG fournit une instruction au patient , sur

  • les dangers associés à la maladie pour eux-mêmes et leur environnement ;
  • les instructions précises pour se comporter de manière adéquate en ce qui concerne le stade de la maladie afin d’exclure de manière fiable le risque pour d’autres personnes .

Cette dernière phrase est cruciale. Parce que seule la violation d’un patient atteint de tuberculose entraîne des conséquences forcées.

Pourquoi est-ce que j’écris sur la tuberculose ? Il s’agit probablement de la première maladie pour laquelle des mesures ont été réglementées par la loi pour assurer une protection judiciaire contre les attitudes officielles injustifiées. L’épidémie peut donc se limiter à ne citer que des maladies spécifiques dans lesquelles Si le tribunal est également responsable de l’examen des restrictions de liberté. La réglementation épidémique pour la sécrétion des malades stipule que la séparation ou la « restriction de la circulation » (rien d’autre que la « restriction de liberté ») des malades, des suspects de maladie et des suspects contagieux pendant la durée du risque de contagion doit être effectuée de manière à ce que la propagation ultérieure de la maladie la maladie sera évitée. En cas d’infection par le 2019-nCoV (« nouveau coronavirus 2019 »), les malades et les suspects de maladie doivent être sécrétés ou uniquement soumis à certaines restrictions de circulation en fonction des circonstances du cas. Cette commande a été mise à jour en raison de 2019-nCoV (« nouveau coronavirus 2019 »). Les mesures spécifiques sont publiées sur la page d’accueil du ministère de la Santé.

Règlement de clôture

L’ordonnance du 16.3.20 était basée sur le nouveau Covid-19 Measures Act a largement cessé ses activités commerciales en Autriche.

Le règlement est le suivant :

§ 1 Il est interdit d’entrer dans l’espace client des entreprises de vente au détail et de services ainsi que des entreprises de loisirs et de sports dans le but d’acquérir des biens ou d’utiliser des services ou d’utiliser des installations de loisirs et de sport.

§ 2 § 1 ne s’applique pas aux domaines suivantes1. les pharmacies publiques2. Les détaillants alimentaires (y compris les points de vente des producteurs alimentaires) et les commerçants directs paysans 3. Pharmacies et pharmacies 4. Vente de dispositifs médicaux et d’articles sanitaires, d’aides et d’aides médicales 5. Services de santé et de soins 6. Services aux personnes handicapées fournis par les pays dans le cadre de l’aide aux personnes handicapées, de l’aide sociale, de la participation ou des lois sur l’égalité des chances sont prévues 7. services vétérinaires8. Vente de nourriture pour animaux de compagnie9. Vente et maintenance de produits de sécurité et d’urgence10. Services d’urgence11. Commerce agricole, y compris les ventes aux enchères d’animaux de boucherie, ainsi que l’horticulture et le commerce des produits du pays avec des semences, des aliments pour animaux et des fertilisants 12. Stations-service 13. Banques14. La poste, y compris les partenaires postaux, dans la mesure où leurs entreprises relèvent des exceptions du § 2, et les télécommunication15. Services liés à la justice 16. Services de livraison17. Transports publics 18. Bureaux de tabac et kiosque à journaux 19. Services d’hygiène et de nettoying20. Installations d’élimination des déchets21. Garages pour automobiles.§ 3. (1) Il est interdit d’entrer dans les locaux de tous les modes d’exploitation de l’industrie hôtelière. (2) Le paragraphe 1 ne s’applique pas aux établissements de restauration qui sont exploités dans les installations suivantes:1. Établissements pour malades et spas ; 2. Institutions infirmières et Les maisons de retraite ; 3. les installations de prise en charge et d’hébergement des enfants et des adolescents, y compris les écoles et les jardins d’enfants ; 4. Établissements s’ils peuvent être utilisés exclusivement par des employés. (3) Le paragraphe 1 ne s’applique pas aux établissements d’hébergement si la nourriture et les boissons sont exclusivement servies dans l’établissement (4) Le paragraphe 1 ne s’applique pas aux campings et aux transports publics si la nourriture et les boissons y sont administrées et servies. exclusivement aux clients du camping ou des transports en commun. (5) Le paragraphe 1 ne s’applique pas au service de livraison.§ 4 (1) §§ 1 et 2 de la présente ordonnance (2) § 3 entrent en vigueur le 17 mars 2020. (3) Cette ordonnance expire le 22 mars 2020.

Réglementation initiale des restrictions

§ 1. Pour prévenir la propagation de la COVID-19, entrez lieux publics interdits.§ 2. Les entrées sont exclues de l’interdiction conformément au § 1, qui sont nécessaires pour éviter un danger immédiat pour le corps, la vie et les biens ; 2. qui servent à soigner et à fournir une assistance aux personnes ayant besoin de soutien ; 3. qui sont nécessaires pour répondre aux besoins fondamentaux de la vie quotidienne nécessaires sont et sont a veillé à ce qu’une distance d’au moins un mètre puisse être maintenue à l’endroit où la demande est satisfaite ; 4. ce qui est nécessaire à des fins professionnelles et garantit qu’au moins un compteur peut être maintenu entre les personnes sur le lieu d’activité professionnelle ; 5. si les lieux publics doivent être entrés seuls à l’extérieur, avec des personnes qui vivent dans le ménage commun ou avec des animaux domestiques, une distance d’au moins un mètre doit être tenue à l’écart des autres personnes.§ 3. L’utilisation du transport de masse n’est possible que pour L’entrée est autorisée conformément au § 2 Z1 à 4, selon lequel une distance d’au moins un mètre des autres personnes doit être observée lors de son utilisation.§ 4. Dans le cas d’une inspection par des organismes de sécurité publique, les raisons pour lesquelles l’entrée est autorisée conformément au § 2 doivent être crédibles.§ 5 Cette ordonnance entre en vigueur le 16 mars 2020 et expirera le 22 mars 2020.

Quelles sont les sanctions encourues en cas de violation de ces règlements ?

compter d’aujourd’hui (16 mars 2020), des amendes allant jusqu’à 30 000,00 EUR sont imposées aux commerçants (par exemple, un restaurateur qui héberge, qui enfreint la restriction sur les heures d’ouverture ou le nombre de personnes) et jusqu’à 3 600,00 EUR pour les particuliers À qui ne respectent pas la réglementation (par exemple, qui sans justification) entrant ou sortant d’un lieu de quarantaine ; qui ne garde pas la distance minimale de 1 mètre en public).

Le Le tribunal de district ne peut examiner les attitudes post-épidémiques que rétrospectivement

Selon le § 14 TuberculoseG conjointement avec, l’autorité administrative du district peut demander au tribunal de district (dans lequel Sprengel est l’hôpital où l’arrestation doit être effectuée) pour déterminer l’admissibilité de l’arrestation des personnes qui

  • vous êtes atteint de tuberculose (ou de coronavirus) ou êtes soupçonné de maladie ;
  • violer les obligations qui leur incombent malgré une instruction, si
  • cela crée un danger grave et important pour la santé d’autrui,
  • qui ne peut être éliminé en prenant des mesures plus souplement.

Toutefois, en cas d’épidémie, il n’est pas possible d’attendre une décision de justice juridiquement contraignante pour arrêter chaque individu parmi les dix mille personnes touchées. Ce serait de longues procédures sans sens, il n’y en aurait pas assez dans aucun pays du monde non plus. juge. L’article 7 (1a) EpidemieG prévoit donc un mécanisme inverse : premièrement, l’autorité peut également disposer des réclamations pour des dizaines de milliers de personnes avec effet immédiat et la personne concernée doit s’adresser elle-même au tribunal et peut examiner la recevabilité et abolition de la restriction de liberté dans la demande de procédure prévue par la loi sur la tuberculose (également par écrit, bien sûr).

À partir d’aujourd’hui (13.3.2020), je m’attends à ce que cela soit un succès dans les cas individuels au cours des prochaines semaines. Le tribunal de district local doit ensuite décider s’il s’agit de la résistance d’un citoyen aux conseils ou de détentions injustifiées par l’autorité. Il en va de même pour les malades mentaux, la tuberculose et le coronavirus :

Le tribunal ne dicte pas que vous devez être « mis en quarantaine » ou que vous êtes « enfermé ». Mais c’est le tribunal qui décide « seulement » si l’arrestation requise du point de vue du médecin reste permise dans un hôpital ou ailleurs. Cela signifie que la restriction de liberté ne prend généralement pas fin parce que la période d’admissibilité déterminée par le tribunal prend fin (la période spécifiée par les médecins est presque toujours approuvée de toute façon et peut également être prolongée à nouveau), mais en fait parce que les médecins considèrent que la maladie est guérie. Contrairement à la maladie mentale, la maladie contagieuse dépend du fait que le patient présente toujours un risque d’infection.

Une procédure complètement différente devrait être engagée si l’on veut lutter contre la légalité du règlement ou la constitutionnalité de la loi.

Qu’est-ce qu’un « danger grave et important » signifie pour les autres ?

Il n’existe pas de jurisprudence sur la question de savoir ce qui constitue une menace grave et importante au sens de la loi sur l’épidémie.

Toutefois, il existe une jurisprudence sur Demandez ce qui constitue un danger grave et important au sens de la loi sur l’accommodement (maladie mentale). Sérieux signifie qu’il doit y avoir une forte probabilité de réalisation d’un danger (OGH). « substantiel  » signifie que le danger ne doit pas seulement être la possibilité d’une gifle ou d’endommager des biens, mais plutôt une blessure corporelle grave ou la mort.

Toutefois, cette jurisprudence ne peut pas être transférée 1:1 à l’épidémie. Parce qu’une seule personne malade mentale ne peut probablement être dangereuse que pour quelques personnes. D’un autre côté, une personne infectée par le coronavirus peut finir par provoquer l’infection, la maladie et même la mort de centaines de personnes. Il y a une différence entre ceux qui sont sûrs d’avoir le virus corona et ceux qui soupçonnent simplement la maladie. Cela modifie le degré de probabilité de dommages, cela affecte la question de savoir si cette personne représente un danger grave. D’autre part, l’article 14 TuberculoseG stipule que « le danger pour d’autres personnes doit être exclu de manière fiable  ». C’est un ordre contradictoire.

Que se passe-t-il si la police m’arrête ou ne me laisse pas sortir de mon appartement ?

Comme indiqué plus haut, le tribunal se contente de déterminer si la privation de liberté due à la couronne est même admissible. Si la police restreint la liberté par le biais d’un commandement ou d’un pouvoir coercitif dans des cas individuels, vous ne pouvez porter plainte qu’auprès du tribunal administratif régional respectif (plainte dite d’action).

Qu’en est-il des localités qui bouillonnent ?

L’article 24 EpidemieG autorise également de telles mesures.

Mise à jour  : C’est ce qui s’est passé à Saint-Anton, dans la vallée du Paznaun et à Heiligenblut.

Qu’en est-il de la conscription forcée dans l’armée fédérale ou du service communautaire ? La loi militaire autorise l’extension du service et bien sûr, rappelez-vous en temps de crise.

J’ai déjà eu des premières demandes de renseignements à ce sujet. Je peux donc dire clairement que la simple crainte d’être infecté en service ne suffit pas pour refuser de prendre ou d’étendre le service. La situation ici est la même que dans le soi-disant « rester loin des troupes sans excuse ».

Changements problématiques dans les procédures judiciaires Le Code de procédure pénale a été modifié rapidement comme suit (https://www.parlament.gv.at/PAKT/VHG/XXVII/BNR/BNR_00014/fname_787813.pdf) :

  • Le premier contrôle judiciaire des conditions préalables à la détention provisoire peut désormais également être effectué par vidéoconférence (modification du § 174 StPO), ce qui n’a été possible jusqu’à présent que dans le cadre de négociations répétées sur la détention.
  • L’audience principale contre les prévenus en détention peut avoir lieu en l’absence du défendeur (accès à la vidéoconférence et interrogatoire). J’ose douter que cette règle soit appropriée. Par exemple, l’accusé ne peut pas assister à l’interrogatoire d’un témoin qui est également interrogé par vidéoconférence si techniquement seulement des circuits 1:1 ont lieu, mais pas de vraies conférences. Si vous n’entendez personnellement des témoins qu’en tant que tribunal, mais pas le défendeur, il serait évident que la restriction légale du défendeur n’était pas nécessaire. Étant donné que la nouvelle loi ne distingue pas ces cas, je pense qu’elle est contraire aux principes d’un procès équitable et au principe de l’immédiateté.

cv Comme vous pouvez le constater, la lutte contre une épidémie (ou une pandémie) est également réglementée par la loi. Mais la protection constitutionnelle de la liberté personnelle par les tribunaux pose le problème que la primauté du droit a toujours dans les situations extrêmes : ce n’est sur le papier que dans des situations extrêmes — la responsabilité incombe au gouvernement. et exécutif. En réalité, la primauté du droit ne peut pas conduire des dizaines de milliers de personnes en quelques jours à examiner l’opportunité de mesures restrictives de liberté, mais au mieux pour une fraction – même si nous, avocats, sommes autorisés à garder nos affaires ouvertes.

Dr Lorenz Kirschner, avocat en droit pénal

Avocat Dr. Lorenz Kirschner

Partager :