Quels sont les types d’ordre rencontrés sur Euronext ?

56
Partager :

L’ordre à prix limité a un prix minimum lors de la vente et un prix maximum lors de l’achat. Les commandes de ce type ne sont pas exécutées tant que le prix n’est pas inférieur à la limite d’achat ou au-dessus de la limite de vente. Vous pouvez utiliser ce type d’ordre pour contrôler le prix d’exécution, mais il peut être partiellement exécuté.

Plan de l'article

Zone de déclenchement

L’ordre « déclencheur » permet à l’utilisateur d’acheter ou de vendre à partir d’un certain prix. Il permet notamment de se protéger d’un éventuel renversement de tendance.

A lire en complément : Comment bien gérer les finances de son entreprise ?

Deux types de commandes sont déclenchées :

— Les ordres « Trigger Threshold » n’ont qu’une limite de ce qu’ils transforment en ordre « à n’importe quel prix ».

A lire en complément : Nouveau salarié : comment bien gérer ses finances ?

— Commandes avec déclencheur « A » Range » ont une deuxième limite, qui fixe le maximum qui ne doit pas être dépassé en cas d’achat, et le minimum en cas de vente.

Un seuil de déclenchement

Un ordre est appelé « fourchette de déclenchement » lorsqu’il comporte 2 limites de prix :

— Lors de l’achat : La première limite fixe le prix auquel et au-delà duquel l’ordre d’achat peut être exécuté. La deuxième limite fixe le prix maximum au-delà duquel le client renonce à l’achat.

— À vendre : La première limite fixe le prix auquel et en dessous duquel l’ordre de vente peut être exécuté. La deuxième limite fixe le prix minimum au-delà duquel le client renonce à la vente.

Un ordre est dit « sur le seuil de déclenchement » lorsqu’il n’y a qu’une seule limite de prix à partir de laquelle il devient un ordre « à n’importe quel prix » lorsque vous achetez à un prix fixe et supérieur à ce prix prix disponible à un prix fixe et inférieur à ce prix Ce type d’ordre garantit une exécution complète mais ne vous permet pas de contrôler le prix.

À tout prix

L’ordre « à tout prix » est prioritaire sur tous les autres ordres. Le client est assuré d’une exécution complète dès qu’une offre de valeur est faite, mais ne contrôle pas le prix. A l’ouverture, l’ordre est exécuté pendant l’ouverture. Pendant la session, la commande respecte autant de limites que nécessaire jusqu’à ce que la quantité souhaitée soit exécutée.

Actif

Il s’agit des ressources qu’une entreprise utilise pour fonctionner (immobilisations, actions, créances, etc.).

Action

Une action est une fraction de l’entreprise. Pour pouvoir évaluer une mesure, il faut évaluer les perspectives de la société qui l’a émise et l’impact de la la situation économique doit être prise en compte. La croissance leur est bénéfique. Ils sont également affectés par les variations des taux d’intérêt. Une baisse des taux d’intérêt entraîne une hausse du cours des actions, tandis qu’une hausse entraîne une baisse des cours.

Actionnaire : assemblée générale annuelle

L’actionnaire est copropriétaire de l’entreprise dans laquelle il a investi. Il assiste aux assemblées générales, il est informé du compte de profits et pertes, il reçoit un dividende. : Il existe deux types d’assemblée générale annuelle (AG) : L’assemblée générale annuelle (AGO), une assemblée des actionnaires qui est tenue au moins une fois par an par les sociétés pour l’approbation des comptes, la distribution des dividendes, la modification ou le renouvellement du conseil d’administration, la présentation du rapport annuel… Assemblée générale extraordinaire (AGE) : Assemblée des actionnaires pour prendre des décisions importantes (modification des statuts, augmentation de capital, émission d’obligations…)

Affectation gratuite

Les entreprises effectuent souvent des cessions d’actions gratuites qui sont exclusivement réservées aux anciens actionnaires. C’est comme distribuer du capital à un plus grand nombre d’actions.

Meilleure limite

Un ordre « meilleure limite » ne fixe pas de limite de prix. En ce qui concerne le marché, il permet d’obtenir le meilleur prix mais sans permettre son contrôle.

Il est automatiquement converti de l’ordinateur de l’offre en un ordre de cours limité :

— À l’ouverture, la commande devient un « cours limité » lors de l’ouverture.

— En session, la commande sera en attente à rebours au prix de la meilleure offre de signification sur le cours limité.

Augmentation de capital

Si une entreprise a besoin de fonds, elle peut augmenter son capital. Il suggère – généralement ancien Actionnaires – souscrire à de nouveaux titres à un prix généralement inférieur au dernier cours de l’action.

Crédit d’impôt

Les dividendes en actions françaises ont droit à un crédit d’impôt. Le crédit d’impôt est égal à la moitié du dividende net versé par les entreprises. Il a été introduit pour éviter la double imposition des dividendes, car la société était auparavant imposée sur ses bénéfices. Le crédit d’impôt doit être ajouté au revenu de la déclaration de revenus de l’actionnaire. Le montant du prêt est ensuite déduit de l’impôt brut par le Trésor public.

Bénéfice

Les résultats bruts de l’entreprise sont imposables après impôt sur les sociétés. Lors de l’assemblée générale annuelle, la société décide de la répartition de ce bénéfice net entre la distribution des dividendes aux actionnaires et l’inclusion des réserves en capitaux propres.

Bilan

C’est une image de la situation patrimoniale de l’entreprise à un moment précis où les entreprises ferment leurs comptes. Le bilan résume l’actif et le passif d’une entreprise.

Puce bleue

Terme anglo-saxon qui désigne des valeurs très appréciées par le public et conduisant à des volumes boursiers importants.

Bon d’abonnement

Il donne le droit d’acheter une action à un prix fixe avant une certaine date. BOURSE La bourse est un marché financier où vous pouvez acheter ou vendre des titres. Son fonctionnement est assuré par Euronext Paris SA, filiale à part entière d’Euronext NV.

Capacité d’autofinancement

Les médias ne parlent jamais de la bourse sans référence au CAC40. Le CAC40 a été introduit le 1er janvier 1988 avec une base de 1000 points le 31 décembre 1987 et est le baromètre du développement de la langue française et de la actions étrangères. Cet indice est une moyenne pondérée du cours de 40 actions sélectionnées parmi les 100 plus grandes capitalisations boursières françaises, ce qui signifie que chaque action a une pondération par rapport à la valeur de marché de l’ensemble de l’entreprise. Plus l’entreprise est grande, plus son développement influence l’indice. : Excédent d’argent généré par les opérations sur une période de temps qui indique la capacité de l’entreprise à financer sa croissance. Il est généralement calculé en ajoutant les amortissements et éventuellement les allocations aux provisions au résultat net.

Capitalisation boursière

L’évaluation de la valeur marchande d’une entreprise est obtenue en multipliant le nombre d’actions de la société par le cours de son action. Investissements à risque présentant un potentiel de profit élevé, consistant en des investissements en actions dans Les entreprises qui sont essentiellement actives dans la nouvelle économie grâce à une technologie de pointe.

Capital-risque

Investissements à risque présentant un potentiel de profit élevé, consistant en des prises de participation dans des entreprises qui opèrent généralement dans le domaine de la nouvelle économie à l’aide de technologies de pointe.

Capital échangé

Le montant total des transactions terminées.

Levage de capfonds propres

Montant total collecté par l’entreprise lors de son introduction en bourse. : Fixé avec le capital social, les primes d’actions, les réserves, les provisions, les subventions à l’investissement et les provisions. L’équité est légalement une garantie pour les tiers.

Capital social

Toutes les contributions en espèces ou en nature des partenaires, soit au moment de la constitution de l’entreprise, soit au cours de la vie sociale pendant les augmentations de capital. Dans le bilan, il présente les valeur nominale totale de toutes les actions émises.

CECEI (Comité des établissements de crédit et des entreprises d’investissement)

La tâche de ce comité est de prendre des décisions ou d’accorder les permis prévus par les dispositions. Exigences légales ou réglementaires pour les établissements de crédit. Il accorde ou retire l’autorisation nécessaire pour fournir des services d’investissement aux entreprises d’investissement (autres que les sociétés de gestion de portefeuille) et aux établissements de crédit.

Certificat d’investissement (CI) : chiffres d’affaires

Il s’agit d’une action temporairement séparée de ses droits de vote. L’action peut être reconstituée dans sa totalité, soit en achetant le certificat par le titulaire d’un droit de vote, soit en achetant le droit de vote par le titulaire d’un certificat. : la somme des ventes de biens, de services et de produits manufacturés, ainsi que la vente de les intermédiaires et les travaux de construction. Le chiffre d’affaires mesure l’activité de l’entreprise.

Chiffres clés

Les « chiffres clés » permettent d’évaluer rapidement l’état de l’entreprise sans devoir procéder à un examen long et parfois inutile de tous les comptes présentés. Cela inclut les variations du chiffre d’affaires, des bénéfices et des investissements. Les grandes sociétés cotées en bourse ont l’habitude d’illustrer ces « chiffres clés » dans leurs rapports annuels, ce qui les rend plus accessibles aux actionnaires individuels.

Code SICOVAM

Il s’agit d’un code à 5 chiffres que l’on retrouve dans tous les journaux financiers qui publient une évaluation de valeur. La spécification de ce code identifie clairement la valeur à négocier.

Collecteurs de commandes

Il s’agit d’intermédiaires financiers qui ne sont pas membres d’Euronext Paris SA. Ils s’occupent de livrer les commandes de leurs clients à un négociateur.

Commission des opérations boursières

La COB assure la régularité des transactions financières et des transactions avec les investisseurs. Il a également le droit de contrôler les intermédiaires des marchés financiers.

Compensation

Echange de créances mutuelles par des institutions financières qui entraînent le règlement du solde. Sur les marchés organisés, la compensation se fait par compensation.

Argent comptant

Il s’agit d’un type de négociation qui règle les achats et les ventes immédiatement à la fin de la transaction. Il est applicable à tous les marchés depuis le 25 septembre 2000.

Compte résultat

Le compte de résultat décrit le flux des transactions effectuées au cours de l’année qui génèrent des bénéfices ou des pertes.

Conseil des marchés financiers

Il s’agit d’une institution professionnelle créée par la loi du 2 juillet 1996 qui a le Conseil des changes et le marché à terme Le conseil a été remplacé. Il comprend 16 professionnels (dont 3 représentants des actionnaires et 3 représentants des investisseurs) et définit les principes généraux de l’organisation du marché et les règles d’éthique que les parties prenantes doivent respecter. Il est responsable des offres publiques (achat, échange et retrait).

Activité en continu

Sur un marché en activité continue, chaque nouvel ordre crée immédiatement une nouvelle offre tant qu’il existe des ordres inverses compatibles. S’il n’y a pas de contrepartie, l’ordre est enregistré sur le marché paper et reporté à sa frontière.

Cotation

Sur les marchés gérés par Euronext Paris SA, la cotation est effectuée automatiquement par le système informatique.

Soumission directe

Il s’agit d’une méthode d’introduction en bourse. Lorsque la procédure est ouverte, un Prix de réserve fixé. Le prix final est basé sur la demande de titres.

Prix de l’action

Liste avec les prix des titres et de tous les autres produits négociés sur Euronext Paris SA.

Bon d’achat

Il s’agit d’intérêts versés annuellement au détenteur d’une obligation. Il s’agit du prix d’une action à un moment donné. Sur les marchés gérés par Euronext Paris SA, il est mis en place par le système informatique NSC.

Couverture financière : demandes des clients

La couverture représente une fraction du montant d’une transaction appelée « règlement différé » et sert de garantie pour la gestion de la volatilité et du risque de marché. La couverture génère un effet de levier en n’immobilisant qu’une partie de la transaction. Afin de respecter les règles de couverture, votre intermédiaire vous demandera une provision d’au moins 20 % du montant de votre engagement en OPCVM de liquidité ou monétaires, ou 25 % en obligations ou en OPCVM obligataires, ou 40 % en actions ou OPCVM actions. Ces proportions sont minimales que votre médiateur peut vouloir augmenter unilatéralement. Votre couverture est ajustée en permanence en fonction de la commande passée.

Prêt vendeur

Montants dus à l’entreprise par ses clients : Prêts accordés à l’entreprise par ses partenaires commerciaux.

Cris, poubelle

Dans le passé, les négociateurs se sont réunis autour du panier lors de la vente aux enchères. Depuis 1986, ce système traditionnel a été remplacé par le CAC puis par le système informatique NPC, qui automatise l’évaluation. La poubelle a été démantelée en juillet 87.

Dématérialisation de dette

Depuis le 3 novembre 1984, les titres français ne sont plus représentés de manière significative par les titres imprimés. Les titres n’existent plus sur papier. Ils sont désormais simplement inscrits sur un compte de titres que le titulaire a ouvert auprès de son intermédiaire financier. Dans une entreprise, ils sont comptabilisés dans la dette financière, la dette d’exploitation et la dette hors exploitation subdivisé. EMPRUNT les dettes dont l’échéance est inférieure à un an.

Dette financière

Il s’agit de dette en France de plus de 5 ans (plus d’un an aux États-Unis ou au Royaume-Uni).

Disponibilité des banques

La dette financière à court terme comprend les factures à payer et les prêts bancaires à court terme. La dette financière à long et à moyen terme comprend les institutions financières emprunteuses, les obligations et les contrats de crédit-bail. : Montant des actifs liquides détenus par une entité.

Dividende

Il s’agit de la part du bénéfice net d’une entreprise qui est distribuée à l’actionnaire. Un crédit d’impôt est rattaché au dividende.

Division

Une société peut décider de partager la valeur nominale de ses actions. Dans ce cas, le nombre d’actions qui composent le capital est multiplié par la même part.

Données de marché

Les données de marché sont des informations diffusées par Euronext et transmises par de nouveaux diffuseurs professionnels. Les plus courants sont les prix, les volumes de titres et de capitaux, les plus élevés et les plus bas de la session…

Droit d’abonnement

En cas d’augmentation de capital, un droit de souscription est séparé de l’ancienne action. Avec « n » droits, l’ancien actionnaire peut acheter une ou plusieurs nouvelles actions au prix spécifié dans les conditions d’émission.

Droit de vote effet de levier

Un droit de vote est attaché à chaque action. Cela permet de voter aux assemblées des actionnaires. Si les statuts le prévoient, le droit de vote peut être doublé pour ceux qui détiennent leurs titres depuis au moins deux ans. Les actions de dividende senior et les certificats de placement n’ont pas de droit de vote.

Sortie des promotions

Mesure du bénéfice attendu d’une transaction financière par rapport à l’investissement de base. En pratique, c’est ce qu’on appelle l’effet de levier. Le service de règlement différé vous permet de profiter d’un effet de levier maximal de 5 (avec 100 €, vous pouvez acheter 500 €). Profitez de bénéfices quintuplés, mais vous pouvez également multiplier par cinq les pertes. : Créer et offrir des titres sur le marché financier pour fournir de nouveaux fonds à l’émetteur. Une émission d’actions peut prendre de nombreuses formes, notamment une offre à prix fixe (OPF), une offre de prix minimum (OPM), un placement privé avec un nombre limité d’investisseurs.

Entreprise d’investissement

Selon la loi du 2 juillet 1996, les entreprises d’investissement sont des entreprises qui fournissent principalement des services d’investissement (négociation, administration pour le compte de tiers, courtage). Les sociétés boursières sont des entreprises d’investissement.

Installation de crédit

Une entité juridique qui exerce ses activités bancaires en tant que profession commune.

Investissements

Acquisition d’usines, de biens d’équipement… pour produire des biens et réaliser des bénéfices futurs Acquisition de titres en vue de réaliser des gains futurs de leur vente ultérieure.

Espacement

Date d’échéance mensuelle pour les transactions avec le service de règlement différé (SRD). Le jour de liquidation est fixé pour la cinquième session de négociation avant la fin du mois civil. Ce jour-là, l’opérateur était tenu de libérer ses positions (en position courte : livraison de titres et en position de l’acheteur : règlement en espèces). Les opérateurs qui ne peuvent pas ou ne veulent pas traiter leurs positions ont la possibilité de demander à leur courtier de poursuivre leurs positions le jour de la prochaine liquidation.

Liquidité

Caractéristique d’un produit ou d’un marché financier lorsqu’il est possible d’effectuer des transactions d’achat ou de vente sans provoquer de fluctuations excessives par rapport au prix de la dernière transaction.

Marchés non réglementés

Le marché libre est un marché non réglementé. Sur ce marché, les titres ne sont soumis à aucun processus d’approbation et leurs émetteurs ne sont soumis à aucune obligation de diffusion d’informations. L’actionnaire individuel doit être très prudent lorsqu’il réglemente l’intervention dans un secteur non marchande.

Marché réglementé

La qualité du marché réglementé est attribuée aux marchés dont la régulation assure le fonctionnement régulier des négociations. Ces règles concernent en particulier les conditions d’accès au marché et d’admission à la cotation, l’organisation des transactions, les conditions de suspension des négociations et les modalités de Enregistrez et publiez les négociations. En France, les marchés réglementés comprennent le premier marché, le second marché et le nouveau marché.

MATIVE (Marché International à Terme Français)

Fondé en 1986, Matif est un marché réglementé d’Euronext Paris SA qui traite des produits dérivés (contrats à terme, contrats et options de contrat). Ce marché est désormais entièrement informatisé et fonctionne en continu de 8h00 à 22h00 (cependant, les horaires peuvent varier selon les produits).

Les membres de la bourse

Ce sont les intermédiaires financiers (banques et sociétés d’investissement) qui ont décidé d’être membres d’Euronext pour y passer les commandes de leurs clients exécuter.

Moins de valeur

C’est la perte qui découle de la vente d’un titre.

MONEP (Marché des options négociables)

Ouvert en 1987, Monep est un marché réglementé d’Euronext Paris SA qui traite des produits dérivés (options et contrats à terme) sur les actions et les indices boursiers. Ce marché est entièrement informatisé et fonctionne en continu de 8 h à 22 h (cependant, les horaires peuvent varier selon les produits).

Multiple de capitalisation

Il s’agit de la relation entre le cours de l’action et le bénéfice par action.

Nouvelle économie

Ce nom couvre toutes les entreprises qui opèrent dans des secteurs qui maîtrisent des technologies à très forte croissance et sont également regroupées sous l’acronyme TMT (Telecom Media Technology).

PNJ

À partir de 1986, les méthodes traditionnelles de négociation aux enchères ont été progressivement abandonnées au profit d’un système d’approvisionnement informatique moderne appelé NSC. Ce système, qui est maintenant généralisé à toutes les valeurs, gère l’approvisionnement, alimente Relit au système de paiement de livraison et diffuse des informations dans en temps réel.

Engagement

L’engagement est une reconnaissance de la dette. Le gouvernement, les agences gouvernementales et les grandes entreprises émettent des obligations. L’emprunteur s’engage à payer des intérêts annuels lors de l’émission.

Obligations d’actions remboursables (ORA)

Il s’agit d’obligations qui seront obligatoires à l’échéance, remboursées en attribuant des actions de la société émettrice à une parité définie au moment de l’émission. OFFRE Sur une feuille de marché, nous devons afficher indifféremment les ordres sous le nom « ACHETER » ou « DEMANDE » à gauche et les ordres de vente à droite sous le nom « VENDRE » ou « OFFRE ».

Offre à prix fixe (OPF)

Il s’agit d’un processus d’introduction en bourse qui détermine la quantité et le prix unitaire des titres à vendre.

Offre de prix minimum (OPM)

C’est une procédure d’introduction en bourse. Nous fixons la quantité, le prix dépend de la demande et des exigences du vendeur.

Premier marché : prix de vente

Le premier marché est le marché réglementé où sont négociés les titres des sociétés les plus importantes. être. Les entreprises doivent mettre au moins 25 % de leur capital sur le marché.

Avertissement de victoire

Prix qui comprend le prix d’achat des marchandises ainsi que les coûts d’acquisition encourus (droits de douane, frais de transit supplémentaires, etc.).

Rapport annuel

Une société cotée doit publier un rapport annuel pour informer ses actionnaires. Le rapport annuel contient toujours une partie financière composée d’un bilan, d’un compte de résultat et d’une pièce jointe contenant les clés à lire.

Règle de temps

Les commandes suivent deux règles de priorité : la première après règle de prix, puis par la règle de temps. La règle de temps s’applique lorsque deux ordres ayant la même signification et le même prix peuvent être exécutés : La première venue a priorité.

Règle de prix

Les commandes suivent deux règles de priorité : d’abord par la règle de tarification, puis par la règle de temps. La règle de tarification s’applique lorsque deux commandes de même signification peuvent être exécutées : la priorité est de savoir qui offre le meilleur prix. Un ordre d’achat avec une limite de prix plus élevée est livré avant les ordres qui sont libellés à des prix inférieurs. Inversement, un ordre de vente avec une limite de prix inférieure est traité avant ceux qui sont limités à des prix plus élevés.

Réservation : résultat d’exploitation

La réservation est une procédure décidée par la société de marché lorsque la confrontation des offres et des demandes à une valeur ne peut que conduire à l’inscription d’un prix qui va au-delà des écarts admissibles. La valeur doit être « réservée », le prix auquel elle a lieu et le moment de la reprise de l’offre font l’objet d’informations pour l’ensemble du marché.

Résultat financier

Résultent des opérations de l’entreprise. Il est indépendant de la politique financière de l’entreprise.

Résultat extraordinaire

Différence entre le revenu financier et les charges financières en termes de bénéfices et déclaration de perte.

Résultat net

La différence entre des produits exceptionnels et des charges exceptionnelles. Le résultat est égal à la somme du revenu courant avant impôt et des gains exceptionnels, moins la participation des salariés et l’impôt sur les avantages sociaux.

Comptable ou comptabilité

L’audit ou audit de la comptabilité est l’examen et l’examen des comptes d’une entreprise. Cet examen nécessite une évaluation des pratiques comptables et des estimations utilisées pour créer des comptes. L’examen annuel est effectué par un vérificateur externe qui approuve et certifie les méthodes et les comptes.

Risque

Quelles que soient les dettes de l’entreprise, le risque de l’actionnaire est limité à sa contribution. C’est le principe des entreprises.

Bourse

Le cours d’une session de trading dépend du groupe de cotation auquel appartient chaque valeur. La Bourse de Paris a regroupé les titres en fonction de leur liquidité. Les valeurs les moins liquides sont négociées lors du réglage, tandis que les valeurs les plus échangées sont traitées en mode mixte : la journée commence par une pré-ouverture de 7 h 15 à 9 h 00. Les ordres s’accumulent sans qu’aucune transaction n’ait lieu. A 9 heures, l’ordinateur confronte tous les ordres et détermine le cours d’ouverture en le fixant. Le marché fonctionne sans interruption de 9 h à 17 h 25. À 17 h 25, l’ordinateur suspend l’offre pendant qu’il collecte les commandes avant 17 h 30 lorsqu’une nouvelle offre lors de la définition de la dernière course quotidienne stipule.

Deuxième marché

Le deuxième marché est un marché réglementé qui a été fondé en 1983 pour les entreprises de taille moyenne. Les entreprises doivent mettre 10 % de leur capital sur le marché.

Secteur d’activité

Le domaine économique dans lequel se situe une entreprise (distribution, alimentation, construction) a une influence décisive sur l’évolution des prix des actions de cette entreprise, c’est pourquoi les professionnels du marché déterminent les domaines d’activité qui permettent de créer des instruments de référence.

Société de gestion de portefeuille

Il s’agit de sociétés d’investissement agréées par la COB pour gérer des portefeuilles de titres. Ils ne sont pas les gardiens des titres et des liquidités de leurs clients. En raison de leur spécialisation, ils sont des courtiers privilégiés pour accéder aux marchés boursiers. : Il reflète la capacité d’un individu ou d’une entreprise à respecter ses obligations financières.

SRD (Service de facturation différée) : Stocks

L’investisseur qui souhaite reporter le règlement ou la livraison de sa transaction à la fin du mois passera une commande auprès de SRD pour les titres éligibles à cette fin. Le trader a la position de l’investisseur Y (date du transfert de propriété) le dernier jour de négociation du mois. Ce service se traduira par une commission. Comme pour toutes les commissions perçues par les intermédiaires, la tarification est gratuite. : matières premières, fournitures, produits en circulation et produits finis, à partir des actifs du bilan.

Suspension : taux d’intérêt

La décision de suspendre la cotation est prise par la société de marché en cas de fluctuations de prix excessives le même jour ou en cas d’événement exceptionnel dans la vie de l’entreprise, par exemple en cas de rachat ou d’un OPE. Toute suspension de la cotation est soumise à notification de la société de marché et aux informations de l’émetteur respectif du CMF et de la COB : les coûts d’emprunt, exprimés en pourcentage de la valeur d’un passif. T.M.T. (technologie des médias de télécommunication) : Ce nom couvre toutes les entreprises représentées dans les secteurs de la technologie des télécommunications des médias et font partie de la nouvelle économie.

Transaction valeur ajoutée

Une transaction est le résultat de la confrontation et de l’exécution d’un ordre d’achat ou de vente avec des ordres équivalents compatibles. Une seule commande peut entraîner plusieurs transactions en cas d’exécution partagée. Les transactions caractérisent l’activité d’un marché sur une période de référence : actifs que l’entreprise a créés au cours d’un exercice. Il correspond à la différence entre la production et consommation intermédiaire.

Valeur comptable réévaluée

Les actifs nets d’une entreprise peuvent être réévalués en estimant la valeur réelle des actifs répertoriés dans le bilan. Par exemple, les bâtiments sont inscrits au bilan pour leur valeur d’acquisition sans tenir compte des gains ou pertes potentiels en cas de revente.

Valeur comptable nette

Il s’agit de l’actif net de la société, qui correspond au total des actifs moins tous les passifs. C’est, en quelque sorte, l’héritage de la société. Il peut être calculé pour la société mère (valeur comptable nette sociale) ou pour un groupe de sociétés dans son ensemble (valeur comptable nette consolidée).

Valeur nominale

Il s’agit de la part de prêt initiale de la société, qui est représentée par une obligation. Pour une action, il s’agit d’une fraction du capital social.

Validité

Les critères de validité sont définis par l’intermédiaire financier et doivent être inclus dans le contrat de compte.

— La validité quotidienne signifie que la commande ne concerne que le jour en cours. Il s’agit de la validité par défaut si aucune information n’est fournie par le client.

— En vigueur à une date fixe, la commande est valide jusqu’à une date précise. Cette date ne doit pas dépasser la durée maximale fixée par l’intermédiaire financier.

— Une révocation signifie que la commande est valide jusqu’à la durée maximale fixée par l’intermédiaire financier.

Volume des transactions

Nombre de titres négociés multiplié par leur prix.

Le rôle de la bourse

Il faut d’abord démystifier le marché boursier : tout comme la nature déteste le vide, l’économie n’apprécie pas l’inutile. Ne pensez-vous pas que le Le marché boursier n’est qu’un lieu de spéculation, la spéculation est le côté sous-marin de l’iceberg car le marché boursier joue un rôle économique primordial en premier lieu. Pour se financer, les entreprises ont deux solutions : emprunter de l’argent ou dépenser des actions. S’ils choisissent cette deuxième solution, ils doivent pouvoir rencontrer des investisseurs et leur vendre leur projet. Pour cette raison, la bourse existe comme sur un marché traditionnel où les commerçants rencontrent les consommateurs. La bourse est un marché où les entreprises rencontrent des investisseurs. Et pour les séduire, il faut leur offrir des liquidités, en leur donnant la possibilité de simplement revendre ce qu’ils ont acheté.

Comment fonctionne la bourse ?

Comme nous venons de le voir, la bourse est un marché, un lieu de rencontre où les acheteurs rencontrent les vendeurs. Une transaction se produit lorsqu’un vendeur paie le prix d’un offrir une garantie qui correspond à celle d’un acheteur.

Les marchés sont les endroits où l’offre et la demande de valeurs sont confrontées.

Chaque valeur est négociée sur un marché spécifique. Ces marchés visent à regrouper les entreprises en fonction de leur taille, de la part du capital détenu par le public (le flottant) et de leur capitalisation (le nombre de titres en circulation multiplié par le cours de l’action). Nous faisons la distinction entre le premier marché, le second marché, le nouveau marché et le marché libre, entre autres.

Le premier marché

Le premier marché (PM) est la partie principale de la bourse, où les entreprises les plus importantes se négocient sur la place de Paris. En outre, Euronext a introduit un nouveau système de règlement, le service de règlement différé (SRD), pour les titres les plus liquides et avec la plus grande capitalisation boursière. Le mécanisme est le suivant : lors de l’achat et de la vente, l’investisseur indique à son intermédiaire financier qu’il s’agit d’un « ordre par SRD ». La livraison et le paiement ne sont effectués qu’à la fin du mois de l’action, mais 5 jours de négociation avant la fin du mois civil. Pour les « commandes sans DTH », la livraison et le paiement sont effectués le jour J, comme sur les marchés au comptant actuels (deuxième marché, nouveau marché,…). Le SRD s’applique aux actions sous certaines conditions፦ le titre doit appartenir à la SBF 120 et/ou፦ sa capitalisation boursière doit être d’au moins 1 milliard d’euros et le volume quotidien Les transactions doivent s’élever à plus d’un million d’euros.

Le deuxième marché

Les conditions d’admission sont plus souples que pour une introduction au premier marché : seulement 10 % du capital doit être distribué au public et l’historique des comptes ne peut être disponible que sur deux ans. En outre, une introduction au deuxième marché nécessite la création d’un dossier qui est réalisé conjointement par l’autorité émettrice et un intermédiaire financier. Il y a quelques perles sur ce marché. La liquidité est inférieure à celle du premier marché et les informations y sont légèrement moins disponibles.

Le nouveau marché

Le nouveau marché accueille les entreprises à fort potentiel de croissance à la recherche de financements pour pour grandir. Son travail se déroule principalement dans des domaines de haute technologie tels que l’informatique ou Internet. Ce marché fonctionne en espèces, c’est-à-dire que le montant des titres achetés est pris en charge le même jour et inversement pour les ventes.

Les conditions d’admission sur ce marché sont flexibles : des fonds propres d’au moins 1,5 million d’euros sont nécessaires pour s’engager à distribuer au moins 100 000 titres au public (soit au moins 5 millions d’euros) et être parrainé par une société de lancement. De plus, ces entreprises n’ont pas à soumettre de comptes antérieurs.

Le marché libre de gré à gré

Ouvert en septembre 1996 en remplacement du marché de gré à gré, le marché ouvert accueille les entreprises qui ne veulent pas ou ne peuvent pas être admises sur les marchés réglementés, parce qu’ils sont trop jeunes ou trop petits. Sur ce marché, les titres ne sont soumis à aucun processus d’approbation et leurs émetteurs ne sont pas tenus de diffuser des informations. Il s’agit d’un marché non réglementé : l’actionnaire individuel doit être très prudent lorsqu’il intervient sur ce type de marché.

Une action

Une action est un titre de propriété. Dans Lorsque vous achetez une action, vous devenez propriétaire d’une partie de la société. Toutes les actions émises par une société constituent son capital et les actions peuvent être cotées en bourse. En détenant une action, l’actionnaire a le droit de la direction de l’entreprise, car il a le droit de vote. Vous pouvez voter jusqu’à concurrence du nombre de titres dont vous disposez lors des assemblées générales annuelles.

Il existe trois principaux types de GTA : les assemblées générales annuelles chaque année, où la direction vous demande de voter sur l’approbation des comptes et de présenter leur stratégie. Les assemblées d’actionnaires extraordinaires sont conçues pour encourager les actionnaires à approuver des décisions qui ne relèvent pas du droit administratif applicable : augmentation de capital, fusion avec une autre société, modification des statuts, etc. Enfin, AGO et AGE ont parfois lieu en même temps, il s’agit alors d’une assemblée générale mixte. De plus, par son droit de vote, l’actionnaire a également un droit de profit : il reçoit un dividende, c’est-à-dire une partie des bénéfices de l’entreprise. Enfin, il a également droit aux actifs de l’entreprise : lors de la vente de la société, il reçoit une somme proportionnelle au nombre sont les titres qu’il possède. En cas de liquidation, l’actionnaire perd généralement la totalité de son investissement, puisque la réalisation des actifs de l’entreprise sert principalement à indemniser les salariés, puis les organisations sociales et le ministère des Finances, puis les créanciers et enfin les actionnaires.

Une obligation

Une obligation est un titre de créance, c’est-à-dire une dette détenue sur une société. En retour, le détenteur de l’obligation reçoit des intérêts et est remboursé sur son capital à l’échéance de l’obligation. Les obligations cotées sont tout aussi négociables en bourse que les actions. Il convient de noter qu’une obligation peut être émise à un prix inférieur à sa valeur nominale, qui est l’émission d’émission. Une obligation paie un coupon, c’est-à-dire des intérêts qui sont normalement perçus auprès du détenteur de l’obligation chaque année. Les obligations traditionnelles peuvent avoir des taux d’intérêt fixes ou variables. Le premier type sera plus spéculatif que le second : à mesure que les taux d’intérêt augmentent, les obligations à revenu fixe baissent et vice versa.

Une option

Une option est un droit que vous acquérez. Il vous permet d’acheter ou de vendre une action à un prix et pour une période de temps spécifique. Les options gérées par Monep ont remplacé les anciennes « récompenses ». Une option d’appel s’appelle un appel, une option d’appel. L’achat d’un call permet de jouer la montée d’un titre ou d’un indice, en achetant un put sa baisse. Les options ont deux intérêts : elles fournissent un effet de levier qui vous permet de multipliez vos gains avec un dépôt limité. Les options vous permettent également de couvrir un portefeuille, c’est-à-dire de le protéger d’une chute du marché. Une option est caractérisée par un actif sous-jacent : action, indice, signification (call ou put), un prix d’exercice (encore appelé strike) et une date d’échéance.

Un mandat d’arrêt est une garantie dont le fonctionnement est proche d’une option, d’ailleurs, nécessite des bons d’option. Ici aussi, nous pouvons trouver des mandats d’arrêt et des mandats d’arrêt. Les bons de souscription se sont développés rapidement depuis l’automne 2000 avec la disparition du marché des règlements mensuels. Le principal intérêt des bons de souscription est d’obtenir un effet de levier significatif, mais aussi de s’appuyer sur des concepts plus complets tels que les paniers de valeur.

Le potentiel de rendement est illimité, mais le risque de perte est limité à l’investissement initial.

Établir un mandat d’arrêt

Même principe que l’achat d’un appel, mais pour parier sur une baisse du soutien.

Mandat d’arrêt de change

Un mandat est émis contre la devise lorsque le prix de l’actif sous-jacent est proche du prix d’exercice.

Warrant en devise : Un warrant est prononcé en devise lorsque :

  • Le sous-jacent d’un ordre d’achat est supérieur au prix d’exercice.
  • Le sous-jacent d’un put opt est inférieur au prix d’exercice Warrant de la monnaie.
  • Le sous-jacent d’un ordre d’achat est inférieur au prix d’exercic.
  • Le sous-jacent d’un bon de souscription de vente est supérieur au prix d’exercice.

OPCVM

Les OPCVM sont des sociétés de placement collectif en valeurs mobilières. Ils sont créés par des banques ou des institutions financières et permettent aux actionnaires d’investir dans un produit financier diversifié sans avoir à assumer la responsabilité délicate et contraignante de l’administration. Chaque action de l’OPCVM correspond à la combinaison des différents titres détenus par l’organisation financière. Ces investissements présentent deux avantages notoires : la répartition des risques et l’élimination du risque de change lorsqu’ils investissent sur des marchés étrangers. L’épargnant détient toujours une partie des valeurs gérées par l’organisation. Un autre aspect intéressant des OPCVM est la possibilité de se déplacer facilement vers une zone géographique spécifique, un domaine d’activité ou investissement dans un produit spécifique. Les OPCVM comprennent : les OPCVM en actions, les OPCVM obligataires (et autres titres de créance) et les OPCVM monétaires. Ces organismes de placement collectif constituent également une catégorie de produits financiers qui comprend les SICAV et les FCF dont le principe général est la gestion collective. Toutefois, la différence entre les deux familles de produits SICAV et FCP est essentiellement légale.

SICAVS

SICAV est une société d’investissement à capital variable dont le but est de gérer un portefeuille de titres pour le compte de ses actionnaires. Ces derniers peuvent souscrire à des unités ou rembourser les unités auxquelles ils souscrivent, chaque jour en fonction de la valeur liquidative du portefeuille. Il existe plusieurs dizaines de types de sicav, comme la sicav monétaire ou la Sicav boursière française : Sicav investit sur différents marchés à travers le monde et dans différents produits en fonction de leur spécificité. Le nombre d’actions qui composent une Sicav varie en fonction de la demande des abonnés. Les fluctuations observées par les SICAV ne reflètent pas la santé d’une entreprise ou d’un marché, sauf si les SICAV sont considérées comme des actions ou des obligations. Par souci de simplification, les portefeuilles de la Sicav fusionnent divers titres (actions, obligations, liquidités).

Le CPF

Le CPF est un portefeuille de titres codétenus gérés par une société de gestion et proposés par une institution financière ou une banque. Le souscripteur est traité comme un actionnaire. Le nombre d’actions de CPF varie en fonction de la demande des assurés. De plus, le CPF est évalué sur une base hebdomadaire. Les fonds d’investissement sont basés sur le même principe que la Sicav. Lors de sa création, le fonds commun d’investissement Minisicav a été assimilé. Aujourd’hui, avec le développement croissant des CPF, ce n’est presque plus est possible de distinguer ces deux produits financiers. Par conséquent, un CPF présente les mêmes avantages que la Sicav.

Fonds profilés

Les fonds profilés sont des produits qui contiennent divers instruments financiers et représentent un risque hiérarchisé. Nous distinguons donc 3 types de sols profilés : « prudent », « équilibré » et « dynamique ». Tout le monde est adapté à un profil d’investisseur, que ce soit en termes de risque ou de détention de l’investissement, afin que leur rendement soit optimal. En général, plus un OPCVM contient d’actions, plus le risque est élevé. Cependant, c’est également la garantie d’une performance supérieure. Pour atténuer ce risque, il est conseillé de conserver ces actifs pendant un certain nombre d’années afin d’éviter des fluctuations importantes en bourse. Après avoir défini le profil de l’investisseur, les institutions financières peuvent proposer des OPCVM correspondant à leur politique d’investissement. Ainsi, un retraité n’a pas les mêmes objectifs qu’un jeune Travailleurs : Tout le monde peut y trouver son objectif d’investissement.

À une valeur, on trouve essentiellement des informations sur son prix, à savoir le dernier cours (dernier cours coté, son plus haut et son plus bas au cours de la séance de trading, son premier cours ou son cours d’ouverture). Il inclut également le code sicovam, le code que vous devrez réutiliser pour passer vos commandes ou rechercher des informations. Le nombre de titres qui composent le capital social de la Société et les volumes, c’est-à-dire le nombre de titres négociés à cette valeur lors de la session précédente. Enfin, on retrouve dans la plupart des cases Données sur les dividendes (montant que la société verse à ses actionnaires), avec la date du dernier versement, le montant net et le crédit d’impôt.

Après tout, Internet a donné lieu à de nombreuses pages d’information ou à des consultations boursières. Le principal intérêt des sites Web est de diffuser des informations le plus rapidement possible. Ils constatent une forte croissance de leur distribution. Cependant, soyez vigilant quant aux informations qui y sont diffusées, car la qualité des conseils sur Internet varie considérablement. Portez une attention particulière aux informations souvent erronées qui circulent sur les forums et qui visent principalement à influencer vos investissements en bourse. Il y a beaucoup d’informations intéressantes sur les forums, mais aussi de nombreuses désinformation.

Méthodes d’évaluation

Analyse fondamentale

Contrairement à ceux qui débutent en bourse, une action à prix très élevé peut être moins « chère » qu’une action à prix très bas. Le fait qu’Alcatel ait cité 40 euros ne signifie pas que la valeur est moins chère que Bouygues, qui vaut 45 euros. D’autres facteurs doivent être pris en compte :

PER

La PER (ratio cours-bénéfice, également appelé ratio cours-bénéfice) est l’un des premiers critères à prendre en compte lors de l’évaluation d’un titre. Il sera dans deux étapes calculées. Premièrement, en divisant le revenu net par le nombre d’actions qui composent le capital, nous obtenons un revenu net par action ou BNA ou BPA. Si vous divisez ensuite le cours de l’action par le NBI, vous recevez le PER du titre. PER = prix/BNA avec BNA = bénéfice net/nombre d’actions qui constituent le capital de la société. Plus le PER est bas, moins la part est chère et vice versa. Ainsi, un PER de 30 ou plus commence à être absolument élevé. Un PER est bon marché en dessous de 10 ans et très bas en dessous de 5 ou 6. Le PER est également connu sous le nom de multiple de capitalisation ou multiple unique. De cette façon, le PER donne une première indication de la valeur d’un titre, mais d’autres paramètres doivent également être pris en compte : le secteur, par exemple l’entreprise.

Performance

Le rendement d’une action correspond à la rémunération perçue par l’investisseur. Le rendement est calculé par dividendes par le cours de l’action. Rendement = dividende/cours de l’action Rendement net calculé en tenant compte du dividende net, c’est-à-dire du montant effectivement reçu par l’actionnaire. Le rendement brut inclut le crédit d’impôt, qui représente 50 % du dividende. Le crédit d’impôt correspond à l’impôt sur les sociétés payé par l’entreprise. Pour l’actionnaire, le crédit d’impôt est de remboursé si les titres sont logés dans un plan d’épargne en actions (PEA). Avec un compte de sécurité ordinaire, l’actionnaire peut déduire une partie du crédit d’impôt de son impôt sur le revenu. Plus le rendement d’un titre est élevé, plus il est attrayant à acheter.

Mais attention, certains rendements très importants cachent parfois des situations délicates : une entreprise en mauvaise forme voit un prix s’effondrer, le rendement augmente fortement, mais si elle perd à l’avenir, elle ne paiera plus de dividendes et le rendement sera donc nul ! Il existe des valeurs appelées « valeurs de rendement », car elles distribuent une part importante de leurs résultats à leurs actionnaires, en particulier aux sociétés immobilières. Les entreprises qui ont fait l’objet d’un approvisionnement en énergie renouvelable (rachat d’entreprises par les salariés) ont également généralement une politique de vente assez généreuse, en tant que dirigeants qui ont leur activité. , ont souvent eu recours à des prêts et doivent donc recevoir des dividendes élevés. Les valeurs de rendement sont particulièrement intéressantes lorsque les taux d’intérêt baissent, elles sont pénalisées en période de taux d’intérêt élevés.

Escompte

L’escompte sur les actifs nets réévalués L’analyse de l’escompte d’une entreprise est principalement utilisée pour évaluer les sociétés de portefeuille, les sociétés immobilières ou les sociétés de portefeuille. Cet indicateur est également pertinent pour les valeurs dont le prix s’est effondré en raison de pertes ou de mauvaises nouvelles, car il vous permet d’évaluer le risque encouru par l’investissement. En règle générale, les décotes vont de 20 à 35 % des actifs nets réévalués. On peut juger qu’une remise de plus de 50 % est un bon critère pour acheter un actif. Il est parfois possible, même si c’est très rare, de remarquer des « enveloppes », c’est-à-dire un cours boursier supérieur à l’estimation la valeur des actifs de l’entreprise.

Capitalisation boursière

Capitalisation boursière en termes de revenus au-delà des résultats, la notion de revenu est parfois essentielle pour ajouter de la valeur tarif. En fait, même une entreprise qui génère des pertes peut représenter un intérêt dans l’activité qu’elle exerce ou dans la part de marché qu’elle détient. La valorisation des entreprises en termes de chiffre d’affaires peut varier considérablement : une entreprise d’un secteur à croissance lente peut se permettre de consacrer 10 à 15 % de son chiffre d’affaires lors d’une transaction financière. À l’inverse, dans des secteurs dynamiques tels que les technologies de l’information, il n’est pas surprenant que les prix des transactions représentent plus d’un an d’activité. Pour affiner ce critère, il convient de prendre en compte les dettes de l’entreprise, puisque l’acheteur prend en compte la dette en cas de transaction financière. Il est donc idéal d’argumenter sur la base du ratio capitalisation dette/chiffre d’affaires.

Notez que pour une entreprise dont le flux de trésorerie est positif et non endetté, le ratio sera affecté. Un autre point dans La prise en compte du rapport entre la capitalisation boursière et le chiffre d’affaires constitue une première estimation de la capacité de bénéfice d’une entreprise. Par exemple, pour une entreprise à perte, un investisseur peut estimer que la société atteindra une rentabilité au moins égale à celle du secteur après l’ajustement. Il suffit donc d’appliquer cette marge nette pour avoir une idée approximative des bénéfices futurs et ainsi identifier une valeur à fort potentiel. Vous pouvez également utiliser les marges bénéficiaires moyennes réalisées par l’entreprise au cours des années précédentes.

Analyse technique

L’analyse technique, également connue sous le nom d’analyse graphique ou graphique, tente de prédire les prix futurs sur la base des courbes des graphiques précédents. Les principes généraux sont basés sur des données provenant des marchés financiers, en particulier sur les taux de change et les volumes de transactions. Ces principes sont donc fondés sur études empiriques. L’analyse technique a montré que de bons résultats peuvent être obtenus sous certaines conditions sans qu’il soit nécessaire d’inclure de nombreux fonds, car seuls les graphiques de prix sont suffisants. La raison du succès de l’analyse technique est certainement de la rapprocher de la facilité d’apprentissage. Examinons maintenant les chiffres les plus importants de l’analyse technique.

Chiffres remarquables

Supports et résistances

Le support et la résistance correspondent à une série de prix basés sur des lignes réelles. Si cette ligne est plus élevée au cours d’une valeur, c’est une résistance lorsqu’elle est en dessous, un support. De manière très simple, lorsque nous cassons une résistance, c’est-à-dire lorsque le prix d’une valeur dépasse le niveau de résistance du prix, nous recevons un signal d’achat. Inversement, la rupture du support est un signal de vente pour le graphique analyse.

Moyens mobiles

Les moyennes mobiles (MM) éliminent les fluctuations insignifiantes pour identifier le mouvement global. Ces MM représentent donc un outil de lissage de l’évolution des prix. Ils ne doivent pas utiliser les signaux d’achat et de vente pour anticiper plus ou moins les tendances à long terme, mais plutôt les déterminer plus ou moins à long terme. Il existe trois moyennes classiques : la moyenne courte (généralement 10 jours), l’intermédiaire (50 jours) et la longue (bourse de 200 jours), presque un an). Certains investisseurs travaillent sur des moyennes beaucoup plus courtes, en particulier les day traders. Un signal d’achat est déclenché lorsqu’un MM court, venant d’en bas, coupe un MM long pour se développer sur lui. La réciprocité exige : Un signal de vente apparaît lorsqu’un MM court vient du haut, un MM long coupe pour se développer en dessous.

Tête et épaules

La figure de la tête et de l’épaule est probablement la plus courante dans l’analyse technique. Le marché s’accumule dans la même zone de prix pendant plusieurs périodes, attirant un nombre qui ressemble à un buste humain. La courbe, qui représente le prix de l’action, est caractérisée par une séquence de trois pics : « la tête » (au milieu) et les deux « épaules » (sur les côtés). La courbe traverse la ligne du « cou » à la fin de l’image est une marque de vente. De l’autre côté, le revers de la tête et des épaules annonce souvent une forte hausse.

Le canal

Le canal est un outil d’analyse graphique permettant de détecter les tendances d’une valeur. Il se compose de deux lignes parallèles à l’intérieur desquelles la valeur fluctue. Selon la direction du canal, on parle de canal haussier ou décroissant. Notez que le La sortie d’un canal par le haut est l’annonce d’une augmentation et inversement au cas où la valeur commence par le bas.

Les triangles

Les triangles sont des nombres assez fiables. Ils peuvent être appelés isocèle ou même biseaux. La valeur qui se déplace à l’intérieur d’un triangle diminue progressivement, quittant le sommet est généralement suivie d’une forte augmentation des prix et vice versa à partir du bas. sont essentiellement les mêmes. Leur utilisation est basée sur la décision d’acheter, de conserver ou de vendre.

 Stochastic

Stochastic illustre les moments de surachat et de survente pour un titre

The Momentum

L’élan est une mesure de la vitesse de déplacement. Il joue un rôle important dans l’identification des hauts et des bas du marché.

MACD

Le MACD (Moving Average Convergence Divergence Divergence Divergence Divergence) est la combinaison entre deux lignes d’oscillation : la ligne delta (rapide) et ligne de signal (lente). La ligne delta est relative à la différence entre deux MM exponentiels (12 et 26 jours en général). La ligne de signal est la moyenne mobile exponentielle sur 9 jours (ou MM lent). Si la ligne de signal traverse la ligne delta et que les deux lignes sont au-dessus de la ligne zéro, un signal d’achat est validé.

RSI

Le RSI (Relative Strength Index) est un oscillateur qui étudie la force relative d’un titre. Il représente le ratio en pourcentage entre les gains journaliers haussiers moyens sur une période donnée (généralement entre 9 et 14 jours) et la perte moyenne des jours à la baisse sur la même période. Donc, si le RSI est de 100 %, le mouvement est purement optimiste. Et inversement, lorsque le retour sur investissement est égal à 0 %. Si un RSI est supérieur à 70 %, l’action est surachetée : le marché devrait alors voir ses gains. Inversement, l’action est survendue à moins de 30 % : le marché devrait alors être attiré par cette sous-évaluation et augmenter son prix.

Comment passer un ordre boursier?

Un ordre boursier se caractérise par plusieurs éléments : Tout d’abord, le titre que vous souhaitez acheter ou vendre, désigné par un code appelé code Sicovam à 4, 5 ou 6 chiffres. Puis un sens : acheter ou vendre aussi bien que beaucoup.

Les deux éléments suivants sont la période de validité de la commande et le type de commande.

  • La période de validité

Les deux types de validité les plus couramment utilisés sont l’ordre du jour et l’ordre d’annulation. L’ordre du jour, comme son nom l’indique, sera efficace tout au long de la session de négociation. S’il n’est pas en cours d’exécution pendant cette session, il dira qu’il « tombe », n’est plus valide et n’apparaît plus dans le carnet de commandes. L’ « ordre de révocation » prend effet immédiatement, mais prend fin soit le jour de la liquidation des titres éligibles au service de règlement différé (SRD), soit à la fin du mois civil en cours pour les titres négociés en espèces.

  • Type d’ordre

Il est possible d’acheter ou de vendre une action de différentes manières. Ordre à cours limité : Le type d’ordre le plus courant est l’ordre à cours limité. Dans ce cas, l’investisseur intervient à un prix qu’il fixe à son courtier. Par exemple, il peut passer une commande de 50 Alcatel, valable pour la journée, à un prix limite de 40 euros.

ATP : Cet ordre est utilisé lorsque vous souhaitez presque certainement acheter ou vendre vos titres. Le risque de cet ordre est de payer les titres que vous souhaitez acheter beaucoup plus que prévu, à l’inverse, l’investisseur augmente ses chances que son ordre soit exécuté.

L’ordre « tout ou rien » : Cet arrangement permet aux investisseurs de se garantir contre une exécution partielle. L’ordre n’est exécuté que si une contrepartie offre au moins un ensemble de titres ; correspond à celui demandé.

Les transactions boursières sont soumises à une taxe, la taxe boursière, sous certaines conditions. L’emplacement d’un ordre boursier génère des frais appelés frais de courtage, avec un seuil d’achat minimum en fonction du courtier.

Frais de transaction (ou frais de courtage)

Après chaque ordre d’achat ou de vente, l’investisseur renonce à des frais de courtage par l’intermédiaire de son intermédiaire financier. Grâce à Internet, les frais de courtage ont fortement baissé. De plus, ces frais peuvent être perçus sous forme de montant forfaitaire.

Droit de garde

Les frais de dépôt sont perçus une fois par an, généralement au début de l’année civile, via l’intermédiaire financier. Ils sont déductibles du revenu imposable et sont calculés en fonction du nombre de lignes et de la valeur du portefeuille. les commissions correspondent à plusieurs transactions qui être facturé à la personne par l’intermédiaire de son intermédiaire financier : commission pour la gestion du compte, rapports de valeur excédentaire,…

TVA

TVA sur les frais de courtage Il est actuellement de 19,6 %.

Imposition du compte titres

Imposition des dividendes

Le dividende est la partie du bénéfice net d’une société qui est distribuée à l’actionnaire. Les dividendes sont soumis à un impôt sur le revenu et à des cotisations de sécurité sociale de 10 %. Une allocation de dividende annuelle forfaitaire est appliquée aux titres français : elle est fixée à 8000 F pour une personne célibataire, veuve ou divorcée et à 16 000 F pour un couple marié. Depuis cette année, cette déduction est annulée si le contribuable dépasse un certain revenu imposable.

Imposition des gains en capital

Le gain en capital est le bénéfice réalisé par la vente d’un titre. Les plus-values des titres (actions, obligations, bons de souscription…) sont taxés au taux de 16 %. Les actions bénéficient d’une exemption si le montant total des ventes réalisées au cours de l’année est inférieur à 50 000 francs. Il est utile de savoir qu’un report (c’est-à-dire un achat/vente) est traité comme une cession par l’administration fiscale. Par conséquent, le seuil d’exemption est atteint très rapidement. En cas de dépassement de ce seuil, les plus-values sont également imposées au premier franc. La CSG, la CRDS et les cotisations de sécurité sociale (10 %) sont ajoutées à cette taxe de 16 %, ce qui porte le taux d’imposition final à 26 %.

Contrôle PEA

Les avantages

Le PEA offre un cadre fiscal avantageux :

En fait, les transactions boursières sur le PEA sont exonérées d’impôt (hors CSG, CRDS et cotisations de sécurité sociale). Les dividendes des produits sont également exonérés d’impôt et l’État restitue chaque année les actifs fiscaux au détenteur du PEA, qui correspondent aux montants collectés. Nous pouvons acheter ou vendre des titres comme bon nous semble, mais il y a des conditions que nous devons respecter…

Limitations

Il est important de savoir que toutes les mesures ne sont pas éligibles au PEA (il faut au moins 60 % des actions françaises ou 75 % dans le cas d’un PCF). Toutefois, la législation devrait évoluer dans un proche avenir puisque le ministre des Finances a proposé que les valeurs européennes soient prises en compte dans le PEA. De plus, le plan ne doit pas être rompu (distance prévue) il y a 5 ans afin de bénéficier des avantages fiscaux maximaux. En cas de paiement anticipé, les dividendes et les gains en capital sont imposés à 32,5 % il y a 2 ans et à 26 % entre 2 et 5 ans à compter de la date à laquelle le total des ventes de titres dépasse 50 000 francs. L’autre limite majeure est qu’il n’est pas est possible de tirer parti de l’effet de levier du traitement différé de service (SRD).

Caractéristiques particulières

Tout retrait après 5 à 8 ans de prison entraîne la fermeture du plan. L’exonération des gains en capital, dividendes et parts fiscales est finalement acquise. En revanche, les cotisations de sécurité sociale sont applicables. Après 8 ans, les retraits partiels n’entraînent plus de fermeture, mais tout paiement ultérieur est interdit. Toutefois, le plan peut se poursuivre jusqu’au décès du propriétaire. Pour un couple, deux PEA valent mieux qu’un. Ce principe permet une gestion plus flexible que si la paire ne le fait pas. N’ayant qu’un seul bus, si des liquidités sont nécessaires, l’un des deux PEA peut être cassé et est imposable. L’autre reste ouvert. Contrairement à un compte de sécurité « normal » où les commandes peuvent être passées sans avoir l’argent le jour où la commande est passée, un compte PEA doit avoir le compte PEA correspondant.

Retenez de l’argent avant de passer une commande. En résumé, le PEA est une enveloppe fiscale qui vous permet de « jouer en bourse » sans impôt, sauf si vous sortez pendant cinq ans. Dans la pratique, il est bon de diviser les transactions boursières en deux parties : les transactions au comptant sont effectuées sur le PEA et celles sur le SRD sur le compte de titres traditionnel. Cette technique simple permet de tirer pleinement parti des avantages fiscaux associés au PEA en éliminant certaines des limitations qu’il impose.

Introductions en bourse

Pourquoi une introduction en bourse ?

Quand les entreprises trouvent l’avantage de mobiliser des capitaux en bourse est que les marchés financiers leur offrent les moyens de réaliser leurs ambitions, quelle que soit leur diversité, par le jeu de l’offre et de la demande. D’abord et avant tout, une introduction en bourse semble offrir aux entreprises l’opportunité de ettre du « papier » sur le marché, en échange duquel les actionnaires participent au développement du Groupe en lui fournissant le capital nécessaire pour financer sa croissance. Si la situation financière de l’entreprise est déséquilibrée, par exemple en raison d’investissements excessifs, les dirigeants peuvent lever des fonds pour renforcer leurs fonds propres et ainsi effacer leur bilan. D’autres entreprises cherchent un moyen de se développer ou même de s’internationaliser en bourse. Sans argent frais, il est en effet difficile pour une entreprise dont les flux de trésorerie sont faibles d’envisager d’étendre ses activités, même s’il y a des opportunités de se présenter.

En mobilisant des capitaux sur le marché, l’entreprise recueille un « trésor de guerre » qui peut être utilisé à bon escient dans le cadre des acquisitions d’autres entreprises, afin qu’il puisse atteindre une taille critique peut, même à l’international. L’inscription de votre groupe à la bourse peut également être un moyen pour les dirigeants de vendre des actions de leur entreprise ou d’impliquer des partenaires clés. Les demandes d’épargne peuvent également trouver d’autres justifications : l’une des raisons invoquées par les gestionnaires lorsqu’ils arrivent en bourse est donc leur souci de l’importance. La cotation de votre groupe est une réévaluation en soi, mais c’est avant tout un excellent moyen de trouver des partenaires de qualité (les Anglo-Saxons, par exemple, sont particulièrement attentifs) et un moyen de mobilisation des ressources humaines en interne qui n’est pas refusé : par exemple, par le biais de « stock-options » ces actions vendues Pour les salariés d’un prix qui défie toute concurrence, une entreprise peut trouver un moyen de prendre en compte les personnes qui sont essentielles à sa gestion. C’est également un moyen de connecter les employés par le biais d’une méthode indirecte pour motiver le bon fonctionnement de l’entreprise. Après tout, la présence en bourse et la communication associée sont certainement l’une des formes de publicité les plus efficaces pour une jeune entreprise. La cotation représente également une véritable reconnaissance pour l’entreprise, un atout commercial indéniable.

Les différentes procédures de mise en œuvre

Offre à prix fixe (OPF)

Connu il y a quelque temps sous le nom d’OPV (offre publique de vente), ce processus est le plus couramment utilisé lors de l’introduction des banques. Un prix de vente des titres est fixé et les ordres ne peuvent être placés qu’à ce prix de lancement. Cette méthode a la spécificité de distribuer les attributions de titres en fonction de la demande. Les ordres sont classés en « ordre A », ordres prioritaires qui comportent normalement un maximum de 100 titres, et « ordres B », qui recouvrent le reste des titres demandés. Le but de cette classification vise à éviter que les commandes d’un petit nombre d’actions ne soient d’autant plus mal servies en cas de lancement réussi. À savoir : Le taux de satisfaction des « commandes A » doit être d’au moins 0,8 % pour que la procédure de mise en œuvre soit autorisée.

L’offre de prix minimum (OPM)

Ce type de procédure permet à la société qui cèderes d’offrir des actions à un prix dit « minimum ». Tous les ordres d’achat à cours limité sont éligibles tant qu’ils ne sont pas trop éloignés du prix de réserve (les commandes « au mieux » sont systématiquement annulées). Dès que le carnet d’ordres est rempli, le premier prix coté correspond alors à la limite inférieure de la dernière tranche des commandes servies.

Offre à prix ouvert (BOA)

La procédure d’introduction en bourse pour l’émetteur consiste à proposer une fourchette de prix aux investisseurs, qui peut ensuite être modifiée par les institutions importatrices, à condition qu’ils aient indiqué qu’ils se réservent le droit de le faire. Le prix final n’est alors déterminé qu’après réception de toutes les commandes. Comme pour les offres de prix minimum, seules les commandes supérieures ou égales au prix final fixe sont livrées. Dans le cadre de cette procédure, la souscription à une partie des titres est réservée aux institutions telles que les banques, les assureurs, etc.

Inscription directe

La procédure est conforme à OPM, sauf que les commandes définies « au mieux » sont acceptées. Une autre différence est que la société qui émet des actions les enverra à des intermédiaires financiers à un certain prix. qui doivent ensuite mettre ces titres sur le marché.

L’investissement garanti

Il s’adresse aux investisseurs institutionnels et n’est pas nécessaire pour assurer l’équité de la distribution des titres.

Quelles sont les conditions de l’offre ?

L’OPF est la forme d’introduction la plus « juste », c’est-à-dire celle qui garantit qu’elle sera servie proportionnellement à la demande. Participer à un OPM équivaut à trouver « le bon prix » dans un domaine souvent difficile à évaluer. Le risque réside alors dans le surpaiement de vos titres. L’offre directe extrêmement rare est réservée aux amateurs de sensations fortes…

Quel est le plan d’affaires ?

Les entreprises du nouveau marché doivent présenter un plan d’affaires solide en termes de croissance et de collecte de bénéfices. Mais trop souvent, le plan est mal évalué et insoutenable, la faute est due soit à des événements extérieurs, que l’entreprise avait évidemment sous-estimés, soit à une banque de lancement trop peu scrupuleuse qui a artificiellement exagéré les prévisions de l’entreprise pour mieux le vendre. Les gestionnaires ou les « familles fondatrices » resteront-ils dans le capital ? Parfois, les dirigeants d’une entreprise viennent en bourse et cherchent une issue, font du capital et vendent une grande partie de ses actions. Si c’est le cas, la méfiance doit être bonne, peut-être parce que les dirigeants n’ont pas confiance et préfèrent « arracher leurs billes » immédiatement. Quels sont les multiples capitales ? Un multiple de capitalisation trop élevé est souvent la base pour avoir été déçu lors d’une introduction. Souvent justifié pour les entreprises en exploitation à fort potentiel de croissance, il n’en demeure pas moins que le multiple doit être modéré. Sinon, les investisseurs ne sont pas intéressés par l’affaire, même si la qualité de l’affaire peut être bonne.

L’environnement de la société est-il favorable ? Une introduction en bourse dans un secteur prometteur est plus facile à vendre que dans un secteur dont le taux de croissance stagne. Cependant, moins de cas médiatiques peuvent être tout aussi bons tant que la rentabilité est présente. La situation financière de l’entreprise est-elle saine ? Un point important à prendre en compte est que la dette de l’entreprise est divisée par son les fonds propres doivent être appropriés après une éventuelle augmentation de capital. Dans tous les autres cas, encore une fois la méfiance, car une situation financière explosive entraîne souvent des surprises très désagréables.

La liquidité du titre est-elle garantie ?

Pour ne pas être trop édulconisé au sein d’une entreprise, les dirigeants prétendent souvent ne fixer que le minimum légal au public. Si les titres continuent de circuler dans les jours qui suivent leur lancement, aucun n’équivaut inévitablement à un marché serré avec peu de titres distribués. Pour votre information, les entreprises doivent mettre au moins 10 % de leur capital entre les mains du public lors de leur introduction. Comment le capital est-il contrôlé ? En fait, la présence de nombreux grands actionnaires dans le capital peut, dans certains cas, équivaut au retrait imminent d’au moins un d’entre eux, ce qui ne manque pas de déclencher une baisse des prix.

Partager :